Dialogue avec le vivant

Règle de base et moyens de communication avec le vivant, pour ne plus être séparé et s’ouvrir à la communication avec les autres règnes et esprits de la nature

JOURNEE ( Stage ) à Méjannes le clap (30430)

animée par Isabelle ROSE

 

RDV à 9 h30 sur le parking de la mairie de Méjannes

Contenu :

Arrivée et découverte du lieu, état des lieux : grotte et plage de Méjannes

  1. Le cercle comme manifestation du macrocosme, équilibre et salutations aux directions et éléments qui soutiennent le vivant : construction collective du cercle du vivant
  2. Salutations, remerciements et demandes : comment on aborde le dialogue
  3. Exercice d’enracinements
  4. Le cœur porte d’accès des mondes subtils…manifestation et ouverture Connexion au cœur de la terre, Méditation guidée
  5. L’observation aimante et attentionnée pour créer un lien comment créer ce pont de communication entre les plans
  6. Comprendre les besoins des esprits et les nourrir avant d’obtenir une réponse

********

Pause repas ( prendre son pique-nique végétarien de préférence pour rester en communion avec la nature )

********

Reprise avec communion personnelles avec le vivant mise en situation en suivant le procédure apprise le matin chacun pour soi Puis méditation collective guidée dirigée vers les esprits des lieux conclusion et partage Temps pour les Question-réponse conclusion vers 16h30

Tarif 45€ prix du coeur

decouverte4

 

 

Utiliser la méditation avec mantra

comment utilise-t-on la méditation avec mantra ?

Les mantras peuvent être utilisés seuls ou faire partie d’une pratique de visualisation. Dans une pratique de visualisation classique, il se crée une communication entre la « déité » et le pratiquant, l’une apportant des bénédictions, des rayons de lumière ou même des paroles, et l’autre prononçant le mantra.

On utilise aussi les mantras comme « protecteurs de l’esprit » en marchant, en faisant la vaisselle ou même pendant la pratique de la méditation assise. Quand je voyage en avion, je psalmodie toujours un mantra (en silence) au décollage et à l’atterrissage. Souvent les bouddhistes comptent les mantras qu’ils récitent sur les perles d’un « mala ». L’action physique de glisser ses doigts sur les perles aide l’esprit à se concentrer. Traditionnellement le mala a 108 perles, nombre à signification mystique dans l’Inde ancienne. On peut le porter autour du cou pour y avoir accès facilement. Certains malas ont 21 perles et on les porte en bracelet. Mais il n’est pas indispensable d’avoir un mala pour répéter son mantra.

Pour méditer de manière formelle avec un mantra, en le répétant à voix haute ou en l’intériorisant, commencez par vous installer confortablement, le dos droit et prenez quelques minutes pour écouter votre respiration et observer l’apaisement progressif du mental. Vous pouvez ralentir la respiration en observant les mouvements de l’abdomen et en respirant plus profondément. Ceci contribuera à apaiser l’esprit, même s’il n’est pas nécessaire que l’esprit soit parfaitement calme pour commencer le mantra.

Si vous choisissez de dire votre mantra à voix haute, écoutez résonner le son des syllabes dans votre poitrine.

Avant chaque mantra, il est bon de prendre une profonde inspiration abdominale. Les mantras sont généralement plus beaux si vous prononcez tout le mantra en une seule expiration ; mais si vous n’y arrivez pas, faites comme vous le pouvez.

Laissez la dernière note du mantra s’allonger jusqu’à la première syllabe du suivant. Vous constaterez bientôt que le mantra se met en harmonie avec votre rythme respiratoire. Veillez à ce que ce soit le mantra qui suive votre respiration et non le contraire, sinon vous risquez d’être vite à bout de souffle.

Pendant la récitation, ne cherchez pas à vous souvenir du sens des paroles du mantra (même si elles en ont un !). Si vous connaissez le sens de certains des mots, vous allez faire des associations qui auront un impact sur votre esprit et leur signification s’approfondira au fur et à mesure que vous l’explorerez en dehors des temps de méditation.

Ne vous préoccupez pas de savoir si votre pratique est correcte ou pas. Peu importe si votre prononciation est approximative, c’est l’esprit qui compte.

Pour finir, diminuez progressivement le niveau sonore de votre voix jusqu’à ne plus le percevoir à l’extérieur mais seulement résonner à l’intérieur. Puis laissez également ce son intérieur être progressivement dissout dans le silence.

Restez assis quelques instants de plus, à l’écoute du silence encore résonnant, laissant le calme vibrant rafraîchir votre esprit et vos émotions.