LES AVANTAGES A ÊTRE VÉGÉTARIENS/VÉGÉTALIENS/VEGANS

(la réponse en vidéo en bas de l’article)

Pour les animaux, mais aussi pour vous.
Votre santé compte, alors informez vous sur ce qui peut la mettre en danger.

Quelques livres :

Aux éditions Dangles :

  1. « Protéines végétales » de Christine Bourgoin,
  2. « L’alimentation saine » de Henri-Charles Geffroy (végétalisme),
  3. « Initiation au végétarisme » de Vincent Gerbe…Aux éditions Terre Vivante : « Faut-il être végétarien ? » de Claude Aubert et Nicolas Le Berre….

La spiruline

1 – INTRODUCTION

Rechercher des solutions au problème de la sous-alimentation et de la malnutrition de nombreuses populations du globe devient aujourd’hui plus que nécessaire.
La conjonction d’une énergie solaire abondante et d’éléments nourriciers intéressants peut être mise à profit pour obtenir par photosynthèse, à partir du CO2 contenu dans l’atmosphère ou provenant d’autres sources, des végétaux utilisables dans l’alimentation.Cette occurrence se rencontre dans de nombreux pays ; L’Afrique, le Bénin en particulier, sont avantagés sur ce point.
Il importe alors de favoriser parmi ces espèces végétales celles qui présentent les propriétés nutritives les plus utiles en même temps que des vitesses de croissance élevées.
La spiruline, une algue bleue microscopique, répond à cette condition.

2 – ORIGINES

En 1940, un chercheur, Dangeard, publie en France un article sur des galettes vendues au Tchad sous le nom de Dihé et dit qu’elles sont faites à partir de l’algue bleue Spirulina.
20 ans plus tard, l’ethnologue-cinéaste Brandily signale à son tour l’existence au nord de la République du Tchad d’une population se nourrissant d’algues depuis les temps les plus anciens. Il s’agit des Kanembous. Encore aujourd’hui, ils utilisent pour leur récolte et sa conservation des méthodes très rudimentaires.
Ces algues qui s’accumulent à la surface des mares sont recueillies dans de simples paniers de vannerie puis séchées sur le sable au soleil.
Elles servent ensuite à la fabrication de galettes de « Dihé », faciles à conserver et sont vendues en particulier aux Touaregs voisins dont l’alimentation est souvent déficiente.
En remontant à des temps encore plus anciens, on a découvert la spiruline dans la ration alimentaire des Aztèques du Mexique.

3 – COMPOSITION

Cette algue est un aliment de choix puisqu’elle contient environ 10% d’azote dans sa matière sèche, soit près de 63 % de protéines comprenant 8 amino acides essentiels et 10 non essentiels.

C’est une source de nombreuses vitamines (une douzaine), en particulier la pro-vitamine A (béta-carotène), la vitamine E, la vitamine B12.

De nombreux minéraux sont également présents comme :
– le magnésium,
– le zinc,
– le calcium,
– le potassium,
– le sodium,
– le fer dont la très haute teneur est absolument remarquable.

Ainsi la spiruline est aujourd’hui utilisée pour la lutte contre l’anémie, le cholestérol, le diabète et bien entendu pour combattre la malnutrition

4 – ANTÉCÉDENTS et TYPES de PRODUCTION

Si l’on excepte le simple ramassage de la spiruline sur les bords d’étangs ou de lacs qui s’est pratiqué depuis des époques très reculées, les antécédents de production volontaire ne se comptent plus désormais et la spiruline en est au stade industriel.
La première installation industrielle a été montée au Mexique vers 1975 et maintenant des unités de plusieurs dizaines de milliers de m² sont en opération aux USA, en Amérique du Sud (Chili, Colombie), en Inde, etc.
On ne peut citer tous les pays producteurs ; la Chine est devenue un des plus gros pourvoyeurs de spiruline, avec plus de 1.000 tonnes/an, la production mondiale étant bien au-delà de 3.000 tonnes/an.
En Afrique de l’Ouest et Centrale, précédés par des réalisations expérimentales (SENEGAL, TOGO), plusieurs petits projets ont démarré dans les années 92-93 (ZA&Iulm;RE), 94 (BENIN, au Centre Camillien de Davougon), en CENTRE-AFRIQUE, au BURKINA FASO (déjà 500 m²), en COTE D’IVOIRE (1.200 m²), cette liste n’étant pas limitative.

En gros, il y a trois types de production :

a/ La « cueillette » : récolte de la spiruline qui se développe naturellement sur les bords de certains lacs ou étangs (Tchad, certains lacs de Chine, …) La purée bleue-verte recueillie est séchée au soleil et vendue cassée en morceaux ou réduite en poudre. On a relativement peu d’informations sur les quantités produites.)
b/ La production industrielle, comme aux USA, en Inde, en Thaïlande, en Chine,… La culture est pratiquée dans de grands bassins (hectares) agités mécaniquement. La spiruline est séchée dans des appareils variés (filtres sous vide, « air dryer », par exemple) ; les investissements sont élevés. Les tonnages produits peuvent dépasser largement la centaine de tonnes.
c / Des techniques simplifiées, demandant une formation minimum, facilement accessibles, très peu capitalistiques, permettent de vulgariser la production de la spiruline et de la mettre à la portée des populations économiquement faibles.

C’est une de ces techniques qui est décrite dans ce livret-guide.
http://credesa.online.fr/index.html

**********************
COMPARAISON ALIMENTAIRE DE LA SPIRULINE :

La spiruline contient dans une cuillère à soupe autant :

-> De protéines complètes et de B12 que 50 grammes de steak ou 2 tranches de jambon
-> De calcium qu’un grand verre de lait
-> De fer qu’un bol d’épinard
-> De Béta carotène que 6 carottes
-> De vitamine E qu’une cuillère à soupe de germe de blé
-> De potassium qu’un bol de riz
-> D’acide gamma linoléique que le lait maternel ou 3 capsules d’huile d’onagre
-> De magnésium que 6 carrés de chocolat

La phycocyanine, qu’on ne trouve dans aucun autre aliment, est un antioxydant puissant favorisant fortement l’oxygénation cellulaire (production de globules rouges) et la stimulation des défenses immunitaires (production de globules blancs).
Tous les nutriments de la spiruline sont hautement et rapidement bio-disponibles car elle est extrêmement digeste, ne possédant pas de paroi de cellulose.
Ces nutriments sont donc libérés dans notre organisme en quelques minutes.

COMPARAISON EN APPORTS ALIMENTAIRES HABITUELS :

– 70 fois plus de provitamine A (béta carotène) que dans les carottes
– 30 fois plus de vitamine B12 que dans le thon
– 24 fois plus de Fer que dans les épinards
– 6 fois plus de fibres que dans le pain complet
– 4 fois plus de vitamine K que dans le foie
– 3,5 fois plus de protéines que dans la viande
– 2 fois plus de vitamine B1 que dans la levure
– 1,5 fois plus de protéines que dans le soja
– Autant de Calcium que dans le lait
– Autant de vitamine E que dans une cuillère d’huile d’olive

INTÉRÊTS ÉCOLOGIQUES :

La spiruline nécessite 10 à 100 fois moins de surface de culture pour une même production de protéines.
La culture de spiruline peut doubler en masse tous les 2 jours. C’est une croissance exponentielle.
Comparé à l’agriculture classique, cette culture nécessite 3 à 40 fois moins d’eau pour une même production de protéines.
L’eau du milieu de culture est recyclée et la culture sous serre réduit l’évaporation des bassins

Article réalisé par Marie-Line DUPUY

La colonne vertébrale: la clé de nos émotions

Nous venons tous au monde avec un SAC à DOS Émotionnel
Les ressentis par le fœtus in – utéro (déjà connecté au système limbique), lors de l’accouchement ainsi que les émotions vécues lors de la petite enfance et  durant toute la vie par l’individu, s’inscrivent dans le corps, dans les tissus.

Le corps sait. Le corps PARLE.  Quand l’individu ne parle plus, le corps  PARLE encore.

Selon Henri  Laborit, face au danger, il faut fuir ou réagir, sinon on somatise.

Somatiser
 = imprimer dans les tissus les tensions, les nœuds relatifs au choc émotionnel non-exprimé. Ces nœuds vont désorganiser le système neuro-végétatif (qui commande involontairement  les organes) et provoquer la maladie, les troubles psychosomatiques..

La colonne vertébrale, ainsi que les vertèbres qui la composent réagiront comme des fusibles.  Le passé est inscrit  dans  le  corps. Quand l’individu y est confronté, le corps réagit par une « hypersensibilité »,  une surcharge qui crée cette déstabilisation, ce « pétage de fusible ». Le passé surgit dans le présent comme un boomerang, avec des effets dévastateurs, mais surtout  disproportionnés.

Nos cinq sens (tact, audition, olfaction, vision, goût) sont à l’affut, vigilants, prêts à capter, à recevoir les informations comme des antennes paraboliques, en permanence.

Déjà durant la vie intra- utérine, les informations sont stockées dans la mémoire émotionnelle du corps ; le système limbique.

Nos actes conscients sont guidés par notre mémoire inconsciente (par tout ce qui a  été stocké dans l système limbique)  et si un danger, selon un contexte bien déterminé, a été stocké dans le système de vigilance, le corps sera influencé dans son comportement quand il sera confronté à ce danger.

Notre subconscient guide notre conscient, malgré nous, sous la dépendance du réflexe de survie.

Pourquoi toujours buter sur les mêmes obstacles ?  Car le système de défense n’a pas encore trouvé la clé pour dépasser la mémoire, la peur  inscrite dans nos tissus.

Roger Fiammetti a développé ses interventions en ostéopathie  selon les axes classiques constitués par l’ostéopathie viscérale, structurelle et crânienne.

Un quatrième pôle est venu s’ajouter, à savoir la composante émotionnelle. Comment ne pas être influencé par les émotions quand on s’intéresse aux patients et leur pathologie ?  Impossible  lorsqu’on est à l’écoute des tissus du patient de ne pas percevoir ses émotions, ses ressentis.

Les liens entre les émotions  et  les désordres neuro-végétatifs encore appelés troubles psychosomatiques sont développés dans les deux ouvrages  publiés aux éditions Dervy  à Paris : Le Langage émotionnel  du  Corps  1  et 2

L’Approche  Somato-Émotionnelle  ‘’méthode Fiammetti  Roger’’ est une méthode qui va permettre  de donner au corps la  possibilité  de se libérer  de  ces contraintes, de ces mémoires inscrites dans les tissus, par les tissus.  Nous serons dans une forme de Tai Chi Chuan  ‘’assisté’’.

Fort de plus de 20 ans d’expérience professionnelle, Roger Fiammetti nous offre une méthode originale qui permet  à tout un chacun de mieux comprendre et  surtout  de résoudre les conflits causés par des désordres neurovégétatifs  à partir de chocs émotionnels non-exprimés.

La culpabilité, les notions de territoire (perdre/ prendre  sa place au sein de la fratrie, de l’entreprise ) ,la peur de ne pas y arriver, de l’échec, du passage,la trahison, la honte, l’humiliation,la colère,la reconnaissance,la peur de ne pas être aimé (e ) , l’estime de soi, la confiance en soi   etc … sont autant de facteurs susceptibles de modifier le comportement de l’individu , de modifier son adaptabilité au stress avec les désordres et dysfonctions encore appelés maladies psychosomatiques (colon irritable, constipation ou diarrhée chronique, fibromyalgie,migraine,etc… ).

Si on parle de corps et d’émotions, il est impossible d’oublier  le pôle  RESPIRATION  qui va  permettre à tout individu de gérer sa fréquence cardiaque (cohérence cardiaque), de gérer ses émotions, son élocution, son sommeil, sa détente,sa force, son souffle.

Fidèle aux traditions chinoises ; le souffle pour activer la circulation et la vie.
Vous pourrez découvrir la RESPIRATION TOTALE dans l’ouvrage publié aux éditions Médicis  à Paris      

RESPIRE ! La Respiration  totale pour tous

Signification des points de la colonne vertébrale…
Oui elle nous parle, à nous de savoir l’écouter