Cultivez votre flore intestinale

En cette période d’excès alimentaires, notre flore intestinale est mise à rude épreuve. Nos solutions naturelles pour la restaurer.

Si la sphère digestive est le lieu où notre alimentation est transformée, elle est aussi le site privilégié de l’élaboration de nos défenses immunitairesL’intestin n’est en effet pas seulement un organe de transit pour les aliments. Il joue aussi un rôle clé sur le plan immunitaire. Grâce d’une part aux cellules épithéliales qui constituent une barrière physique et assurent l’étanchéité aux micro-organismes, mais aussi une barrière mécanique et chimique. Et d’autre part à la flore intestinale qui joue aussi un rôle de barrière en cela qu’elle évite la colonisation par des micro-organismes pathogènes. Si l’équilibre est rompu, on assiste à l’altération de l’état général avec fatigue, ballonnements, constipation, troubles du sommeil. Les principales causes de cette altération sont généralement dues à un déséquilibre alimentaire, au stress, à une baisse immunitaire, une diminution de la motilité intestinale ou encore à des infections. Il en résulte un déséquilibre de la flore intestinale. Or la flore joue un rôle important dans la digestion et donc dans le métabolisme des nutriments et des vitamines qui stimule la réponse immunitaire et par conséquent nos défenses naturelles. Il est ainsi essentiel de préserver l’équilibre de ce système fragile en lui fournissant d’abord une alimentation saine et riche en nutriments appropriés.

Prenez de l’aloé, de la levure et du charbon

La prise d’antibiotiques, une intoxication alimentaire, certaines combinaisons alimentaires, une mauvaise mastication, ou même une alimentation exotique peuvent faire apparaître des ballonnements, des aigreurs d’estomac, une fermentation, une mycose intestinale (Candida albicans), des troubles du transit, une intolérance au lactose, des allergies, des infections à répétition.
Ces symptômes ont principalement pour cause un déséquilibre de la flore intestinale. Le rôle de cette flore étant d’aider à la digestion et de nous protéger des bactéries pathogènes ou des mycoses en renforçant le système immunitaire.
Manger des yaourts au bifidus, saupoudrer sa salade de levure de bière ou prendre de l’Ultra-levure ne suffit pas à restaurer une flore intestinale déréglée. L’argile verte ou blanche, le charbon végétal activé, l’Aloe vera, des huiles essentielles, peuvent participer à améliorer l’état de la flore intestinale équilibrée et éliminer la mauvaise flore. Le jus de myrtille favorise aussi une bonne flore.

Mangez des fibres

La digestion commence au niveau de la bouche, d’où l’intérêt de ne pas engloutir sa nourriture. Mastiquez longuement vos aliments.Mangez des fruits et légumes (surtout de l’artichaut) qui stimulent la mastication, assurent la satiété et facilitent le fonctionnement digestif. Misez sur une dose suffisante de fibres alimentaires, qui nourrissent les bonnes bactériesFavorisez les légumes cuitsPassez progressivement aux aliments complets : pain, pâtes, sucre… Intégrez idéalement un légume sec par semaine(haricots, lentilles, lentilles corail, pois chiche…) et des graines oléagineuses (noix, noisettes, amandes, pignons…). Dans vos salades, associez une quantité équivalente de légumes crus et cuits (mâche et betterave, raquette et haricots verts…) et un peu de féculents (riz, pommes de terre…). Arrosez le tout de beaucoup d’eau (au minimum 1,5 litre par jour) pour favoriser le transit. Et appelez de bonnes bactéries en renfort, j’ai nommé les probiotiques.

Semez des probiotiques

Rien de tel pour restaurer la flore intestinale que les probiotiques, des micro-organismes vivants qui, lors­qu’ils sont ingérés en quantité adéquate, ont des effets bénéfiques sur l’organisme de leur hôte en améliorant les propriétés de sa flore intestinale. Ils ne doivent pas être altérés avant d’arriver dans le côlon afin de fournir à une ou plusieurs bactéries bénéfiques un terrain leur permettant de se nourrir et de se développer.
Les souches de probiotiques que l’on trouve dans les boutiques bio et en pharmacie sous forme de gélules ou en poudre sont naturellement présentes dans la flore intestinale. Elles sont viables en milieu gastrique acide, résistent à la bile et aux enzymes pancréatiques et adhèrent à la surface des cellules épithéliales intestinales. Elles sont souvent associées à des prébiotiques qui les stimulent. (en savoir plus sur les probiotiques)

Les conseils du nutritionniste

  • Augmenter la consommation de fibres solubles, douces pour l’intestin : les céréales d’avoine, la farine d’avoine, l’orge…
  • Réduire la consommation de fibres insolubles, irritantes : le son de blé et les petits fruits.
  • Remplacer le pain blanc et le riz blanc par du pain complet biologique au levain et des céréales complètes.
  • Réduire les matières grasses, car elles stimulent les contractions de l’intestin.
  • Limiter les aliments qui peuvent provoquer des ballonnements, ceux qui contiennent beaucoup de fructose (les pommes avec leur peau, les figues et les dattes).
  • Éviter le café, le thé, l’alcool et le chocolat, les remplacer par de la chicorée, des tisanes, du maté
  • Remplacer les charcuteries, abats, crustacés, gibiers par des pâtés végétaux ou d’algues.
  • Remplacer le lait de vache par des laits d’amande, de châtaigne ou de riz.
  • Remplacer les épices par des fines herbes.
  • Consommer les crudités à la fin des repas.
  • Boire de l’eau fréquemment au cours de la journée.
  • Manger à des heures régulières, bien mastiquer et ne pas sauter de repas.
  • Éviter la surconsommation de sucres et de viande qui favorisent les fermentations intestinales. Préférer les sucres complets, les fruits séchés, le miel, les poissons et volailles, les œufs et les protéines végétales.